a-Hadith sur la naissance du Prophète bien-aimé

Publié le par islamona



 


assalamu alaykum wa rahmattullah wa barrakattuh

 


Il est rapporté dans le Sahîh d’Al-Bukhârî :

«Chaque Lundi Abû Lahab est libéré de son châtiment, dans sa tombe, parce que de son vivant il libéra sa servante Thuwayba lorsqu'elle lui rapporta la nouvelle de la naissance du Prophète son neveu. ».



Le hafidh Shamsuddîn Muhammad Ibn Nâsir ad-Dimashqî dit :


« Si pour un mécréant condamné dont les deux mains en Enfer périront éternellement, il est établi que le jour du lundi le châtiment lui sera allégé pour sa joie pour Ahmad, que penser alors du serviteur qui, toute sa vie, fut heureux par Ahmad et mourut en monothéiste ? Si pour un mécréant condamné dont les deux mains en Enfer périront éternellement, il est établi que le jour du lundi le châtiment lui sera allégé pour sa joie pour Ahmad, que penser alors du serviteur qui, toute sa vie, fut heureux par Ahmad et mourut en monothéiste ? ». Dans son livre Mawrid Sadi-fi Mawlid al-Hadi



Dans le Sahîh de Muslim selon Abû Qatâdah Al-Ansâri :

Lorsque le Prophète fut interrogé au sujet du jeûne du lundi, il dit :


« C’est le jour où je suis né, c’est le jour où je fus envoyé et c’est le jour où la révélation descendit sur moi ».

 


L'émir des croyant dans le hadith
Ibn Hajar al-'Asqalani a dit :


« Le Prophète lui-même fêtait déjà sa naissance ». Rapporté par as-Suyuti dans ses Fatawi tome 1 page 149.




Le Commentaire du Sahih al-Boukhari al Hafidh Shihabu Dîn al-Qastallani
dit :


Dans son livre intitulé Jana'iz (Funérailles), Boukhari a nommé un chapitre entier : « Mourir le lundi. »

Dans ce chapitre figure un hadith rapporté par Aïcha au sujet d'une question posée par son père Abou Bakr qui lui demanda :


« Quel jour le Prophète est-il décédé ? »


Elle répondit : « Lundi. »


Il demanda : « Quel jour sommes-nous aujourd'hui ? »


Elle répondit : « Ô père, nous sommes lundi aujourd'hui. »


Il dit alors : « J'espère mourir avant la nuit. »


ensuite Le Hafidh Shihab ad-Dîn al-Qastallani dit :
 

« Pourquoi Abou Bakr demanda-t-il que sa mort soit un lundi ? Afin qu'elle coïncide avec le jour du décès du Prophète pour qu'il reçoive la (bénédiction) baraka de ce jour.

Quelqu'un a-t-il fait objection à la demande d'Abou Bakr de mourir le lundi dans l'intention de bénéficier de sa baraka ? Pourquoi donc les gens refusent-ils aujourd'hui d'honorer le jour de la naissance du Prophète en vue de recevoir sa (bénédiction) baraka ?
»

 


 Que les plus bel prière et salutations soit sur notre Prophète Muhammad 


 


 



Publié dans Le Hadith

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article